Pour changer la donne, grève générale le 5 février !

bien20c3aatre20et20libertc3a9e

Grand débat
et Gaz lacrymogènes,
les deux stratégies du pouvoir
pour enfumer
la contestation sociale

 

 

Alors que de nombreux commentateurs enterraient le mouvement des gilets jaunes, le mouvement avec ses manifestations et diverses initiatives, tient bon.

Face à ce mouvement de masse qui est composé de retraités et de nombreux travailleurs salariés, indépendants ou chômeurs. Macron, après avoir ‘’lâché’’ quelques miettes sur l’augmentation des taxes, le SMIC et retraites de misère, a initié ‘’un grand débat’’ qui est à juste titre boycotté par de nombreux gilets jaunes mais aussi par plusieurs syndicats dont la CGT.

De toute évidence Macron et ses amis (Christophe Castaner et Edouard Philippe), après avoir utilisé la répression juridico policière, font appel à ‘’toutes les bonnes volontés’’ pour un prétendu débat dans lequel il n’est pas question de revenir sur les sujets qui touchent le plus le monde du travail, à savoir les salaires, les pensions, l’emploi et la protection sociale. Pour résumer, nous pouvons discuter de tout, sauf de la propriété privée insolente des grands groupes capitalistes, qui aujourd’hui dirigent le monde. Visiblement, parler du fait que la richesse mondiale est aux mains de quelques mains est encore tabou.

Pourquoi ne pas aborder des chiffres du rapport de l’Oxfam comme quoi les 26 milliardaires les plus riches de la planète possèdent autant que 3,8 milliards de personnes, la moitié la plus pauvre de l’humanité ? Pourquoi ne pas aborder la question des milliardaires français (membres des 26), Bernard Arnault propriétaire de LVMH et Françoise Bettencourt Meyers, héritière de L’Oréal ?

Pourquoi ne pas aborder la question des bénéfices des grands groupes capitalistes du CAC 40 qui affichent des résultats exorbitants ?

Le vrai malaise de notre société est bien là et c’est pourquoi il est grand temps que le monde du travail intervienne par des grèves afin de peser, non pas dans un grand débat mais dans la construction d’un grand rapport de force.

C’est pourquoi, le 5 février, journée de grève impulsée par la CGT, nous ne pouvons que souhaiter la participation des autres organisations syndicales, mais aussi des gilets jaunes et de la grande masse des travailleurs, qui dans les entreprises subissent la dictature d’un patronat qui n’a comme ambition que ses profits.

Pour l’Union Locale CGT d’Angers, qui, depuis le début du mouvement des gilets jaunes, s’est positionnée pour une convergence des luttes, après près de trois mois de manifestations, nous nous devons de profiter de la situation pour additionner nos forces. L’idée de la légitimité du capitalisme est un peu affaiblie par ce mouvement et c’est tant mieux.

Le patronat souhaite que le mouvement ne rentre pas dans les entreprises. Eh bien, nous devons tout faire pour que le débat se déporte dans les entreprises en faisant grève pour :

  • Augmentation du SMIC à 1800 euros

  • Augmentation des pensions et des salaires

  • Indexation des salaires sur l’augmentation des produits de première nécessité.

  • Défense de la protection sociale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s