GILETS JAUNES ET QUESTION TERRITORIALE

46392830_10215182736616636_1615476885246967808_o

On aura tout entendu ces jours-ci, précédant la mobilisation qui se préparait : qu’elle était orchestrée par l’extrême droite, mais qu’il pourrait avoir aussi l’extrême gauche, que la France Insoumise appuyait le mouvement, mais peut-être pas tous ces membres…, que finalement il fallait reconnaitre que le mouvement qui se préparait ne voulait pas se faire récupérer par aucune étiquette politique, etc.

Aujourd’hui, 17 novembre, c’est la minimisation de l’ampleur et de l’importance de la mobilisation qui est diffusée par les médias, qui nous répètent en boucle (malgré l’évidence des faits) : « la mobilisation est importante mais il n’y a pas les millions de personnes qui certains préconisaient », « elle est loin d’être si importante que celle de 95, même si nous ne savons pas comment cela peut évoluer »… et d’utiliser tous les arguments pour montrer son côté insensé et illégitime : « le pouvoir d’achat est en augmentation, les plaintes correspondent plus à un sentiment qu’à une réalité… », voir dangereux : « ce n’est que du populisme…, très dangereux ».

Mais enfin, ce qui dérange vraiment c’est la spontanéité et l’imprévisibilité de la suite du mouvement « quoi faire ? » Comment lutter contre quelque chose qu’on ne peut pas nommer autrement que comme « colère du peuple » ou le « ras le bol des français » ? Dans ce sens, la mobilisation est certainement beaucoup plus importante et inédite que ce qu’ils veulent nous faire croire.

S’il est vrai que les couleurs politiques sont certainement variées, voir pratiquement inexistantes dans une bonne partie des cas, du moins pour l’instant, ce qui est certain c’est que ceux qui ont vu la goûte déborder la vase avec la hausse des prix du carburant, ce sont des travailleurs. Les mêmes travailleurs qui ont souvent du mal à partir en vacances, à payer les loyers, à boucler les fins de mois…, les mêmes travailleurs qui connaissent souvent des situations de précarité interminables : contrats précaires, chômage, salaires trop bas…, les mêmes que à chaque fois qui envisagent de changer d’emploi doivent calculer avec précision le nombre de kilomètres et la perte de salaire qu’il représente.

46486041_10215182736096623_8139903722542071808_o

Pourtant, la question de classe est systématiquement évacuée dans les médias de la manière la plus grossière. On entendait encore hier dire à la télé que la mobilisation concernait « Madame et Monsieur tout le monde » ou encore « des milieux sociaux très variés ». Aujourd’hui, il était évidemment beaucoup plus difficile de faire des pareilles affirmations. Alors, les médias ont insisté davantage sur quelque chose qui se répète aussi en boucle dernièrement : la fracture territoriale entre territoires ruraux/quartiers prioritaires et métropoles. S’il y a une France d’en haut et une France d’en bas, cela ne pourrait être que la conséquence des inégalités territoriales.

Et voilà que, à l’heure où des nouvelles échelles territoriales, notamment les régions et les métropoles, renforcent leur rôle centrale et décisionnaire, la question territoriale prends encore une fois le pas sur celle de classe.

Même si les disparités territoriales sont évidentes, pourquoi parle-t-on du type de concentration des inégalités sociales avant même que des inégalités sociales elles-mêmes? Ce n’est pas que ce soit inintéressant, surtout pour ce qui est de la reproduction de telles inégalités, mais si les territoires ruraux et les quartiers prioritaires cumulent les difficultés c’est surtout parce qu’il y a une classe sociale dominante qui l’a décidé ainsi.

Disons plutôt que ce discours présente un double intérêt, celui d’évacuer la question de classe dans l’explication de la mobilisation et celui de s’assurer l’adhésion de la bourgeoisie urbaine de grandes métropoles.

Alors, travailleurs de tous les pays, mais aussi de tous les territoires, que nous habitions en campagne, dans des petites villes ou dans des grandes métropoles, unissons-nous !

LUZ, militante UL CGT Angers.

46495442_10215182736736639_3048386229843263488_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s