Le scandale des augmentations incessantes des carburants.

Augmentez-nous

L’augmentation des prix à la pompe continue. Dans plusieurs pétitions, des consommateurs soulignent d’une part qu’ils ont besoin de leur véhicule pour aller travailler, d’autre part que l’État empoche via les taxes 60 % du prix de vente de carburants.

Ils demandent donc au gouvernement de faire quelque chose. Ces pétitions électroniques récoltent des dizaines de milliers de signatures.

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, ne nie pas cette avalanche d’augmentations mais affirme pourtant qu’il ne reviendra pas sur les taxes. Une nouvelle taxe entrera même en vigueur le 1er janvier prochain ! Car, d’après ce triste menteur, les taxes sur le carburant servent à lutter contre le réchauffement climatique.

Si le gouvernement s’intéressait sérieusement à la question, il pourrait lancer un plan pour le transport industriel par rail ou fluvial, développer les transports en commun au lieu de fermer les gares, se demander s’il est vraiment raisonnable de transporter autant de marchandises autour de la planète.

Il ne le fera pas et ne fera même pas semblant d’y songer de crainte de paraître écorner, ne serait-ce qu’en pensée, les sacro-saints profits capitalistes.

Bien entendu ce ne sont pas seulement des pétitions qui feront fléchir ce gouvernement mais cela fait partie en attendant d’autres actions, d’une forme de résistance qui vaut mieux que de ne rien dire. Ne laissons pas l’apanage de la contestation à des démagogues et autres politiciens qui ne visent que les prochaines élections.

Demandons dans nos entreprises, sans attendre les fameuses NAO (négociations annuelles obligatoires), une indexation de nos salaires qui prenne en compte ces augmentations et participons aux manifestations qui s’opposeront à ces augmentations des carburants, non pas que pour la suppression des nouvelles taxes mais aussi pour une augmentation des salaires.

En clair il va falloir sur cette question de l’augmentation des carburants, comme sur les autres se révolter, mais sur les bases des revendications propres au mouvement ouvrier.

Didier Testu

Secrétaire Général Union Locale CGT d’Angers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s