28 juin 2018 : rassemblement intersyndical devant la gare d’Angers

DSCF3640

Lors du rassemblement qui a regroupé ce matin plusieurs centaines de personnes devant la gare SNCF d’Angers, de nombreuses délégations se sont retrouvées pour soutenir la lutte des cheminots, mais aussi celles d’Enedis et de tous ceux qui osent relever la tête aujourd’hui.

Nous nous sommes quittés en souhaitant que la vague de mécontentement se transforme le plus rapidement possible en un vaste mouvement d’ensemble, qui seul peut faire reculer ce gouvernement !

Ci-joint l’intervention de Didier TESTU à cette occasion : Intervention rassemblement du 28 juin 2018 Didier Testu

« Intervention rassemblement du 28 juin 2018 Didier Testu secrétaire de l’UL Cgt Angers

‘’On met un pognon dingue dans les minima sociaux et les pauvres ne s’en sortent pas’’. Cette sortie de Macron soigneusement étudiée par son service de communication est bien sûr d’une grossièreté qui n’a d’égale que le mépris que lui et les siens portent aux couches populaires.

Derrière cette déclaration se cache aussi l’idée comme quoi les 10 millions de pauvres profiteraient des aides et se satisferaient de cette situation. Mais vivre avec 500, 600 ou 800 euros tout en payant le loyer, les factures d’électricité et en faisant les courses pour nourrir et habiller les enfants, ce drame, des politiciens comme ceux du gouvernement sont loin de le connaitre. Eux qui vivent avec des allocations 20 ou 30 fois plus importantes.

Derrière des phrases de ce type, Macron voudrait nous diviser. Entre ceux qui ont des aides et ceux qui gagnent des salaires de plus en plus proches du SMIC.

En visant les plus pauvres, Macron voudrait faire croire que nous sommes dans une société du mérite, où chacun serait libre et maître de ses choix. Ainsi, nous serions libres de nous éduquer, de nous former, de travailler dans l’emploi de notre choix et même libres de choisir nos retraites !

Ce sont, dans la pratique, des fadaises destinées à tromper les exploités et à nous enfoncer toujours plus.

Alors que fera-t-il ? Après s’être attaqué aux cheminots, cela va-t-il devenir à tous les chômeurs en fin de droit ? Supprimera t’il les 494 euros par mois d’Allocation Spécifique de Solidarité (ASS) ? Remettra-t-il en cause la prime d’activité, qui permet aux salariés, enchainant petits boulots et périodes de chômage de joindre les deux bouts ?

Rien de précis n’est annoncé, mais toute sa politique et propagande insidieuse peut se résumer ainsi : La pauvreté s’étend ? Arrosons les riches ! Et cela nous touche tous, que nous soyons en activité au chômage ou en retraite.

Nous le savons, la bataille menée courageusement par les cheminots et quelques autres secteurs est restée et reste aujourd’hui trop isolée.

Alors ? Personne ne sait d’où viendra l’étincelle d’une révolte généralisée contre cette politique. Mais nous faisons le pari, qu’un jour ou l’autre cela explosera.

Et c’est tant mieux car c’est uniquement ce rapport de force entre l’ensemble de la classe ouvrière et la bourgeoisie qui pourra changer la donne.

Vive la lutte de cheminots, des travailleurs des hôpitaux des EHPAD, mais aussi de tous ceux qui œuvrent tous les jours pour que la perspective d’un mouvement généralisé voie le jour. »

DSCF3632

DSCF3662

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s