5000 manifestant.e.s à Angers le 22 mars: une mobilisation réussie qui en appelle d’autres!

P1100956

Le Gouvernement attaque tout azimut tous les travailleurs. Nous sommes tous concernés : cheminots, travailleurs du public comme du privé, retraités…  Aujourd’hui ce sont plus particulièrement les  fonctionnaires qui étaient appelés à la grève  pour la défense du service public. Face à des attaques violentes : baisses d’effectifs, blocage des salaires, précarisation, il est nécessaire que nous fassions front tous ensemble. Car les conséquences vont être catastrophiques pour les salariés et aussi pour les usagers du service public.

Le Gouvernement Macron veut diminuer les coûts des services publics pour continuer à faire des cadeaux au plus riches. Car, comment ne pas se révolter quand on apprend les profits faramineux du CAC 40  qui représentent 93 milliards d’Euros en 2017 ! Il y a là largement de quoi assurer notamment des soins de qualité à toute la population, d’embaucher du personnel en masse avec  des  bonnes conditions de travail  et des salaires décents.

A l’image de tout le monde du travail, le secteur de la santé est attaqué de front par le gouvernement Macron. La ministre Agnès Buzyn  a annoncé 1,6 milliard d’économies à faire dans les hôpitaux pour 2018, ce qui  se traduit par des suppressions de postes massives dans toute la fonction publique hospitalière.

Dans le Maine-et-Loire le plan d’économie est déjà bien amorcé avec des suppressions de postes et de lits un peu partout.

Les EHPAD étaient en grève le 30 Janvier et le 15 mars pour  demander la création de postes car ces établissements  sont  au bord de la rupture tellement le personnel est restreint. La revendication est un salarié pour un résident.

Malgré un manque criant de personnel dans les maisons de retraites, le gouvernement reste de marbre et ne donne aucun moyen supplémentaire, ou tellement dérisoire que cela apparait comme du mépris.

Au CESAME, les restructurations s’enchaînent avec des surpressions de postes, un sous remplacement de l’absentéisme, des conditions de travail qui se dégradent pour tous les personnels, soignants, administratifs, techniques et logistiques.

AU CHU d’Angers,  la Direction a lancé un plan d’économie de 6 millions d’euros sur le personnel en 2018.

6 millions d’économies, cela veut dire 150 à 200 postes qui seront supprimés : c’est un véritable plan social !

En premier lieu, ce sont nos collègues contractuels seraient  touchés. Car la précarité est bien présente dans la fonction publique : plus de 1000 CDD au CHU et souvent plus de 50% du personnel est en CDD dans les EHPAD

La mobilisation réussie du 22 mars 2018 ne restera pas sans lendemains. Que l’on soit salarié du public ou du privé, nous avons tous les mêmes intérêts à défendre contre ce Gouvernement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s