L’austérité, c’est pas bon pour la santé !

La satisfaction de la ministre de la santé, Marisol Touraine, annonçant avec euphorie la fin du déficit de la sécurité sociale en 2017 va, en fait, accentuer les inégalités sociales et de santé, conduire à un renoncement aux soins, ainsi qu’à une nouvelle détérioration des conditions de travail des salariés de ce secteur. Le déséquilibre des comptes de la Sécurité Sociale provient principalement des exonérations de cotisations sociales accordées aux entreprises (+ de 200 milliards par an), qui constituent autant de recettes en moins. Durant cinq ans, l’équilibre des comptes s’est fait sur le dos des usagers, des patients et des salariés.

Pour les salariés, les restrictions budgétaires entraînent sup-pressions de postes, gel des salaires, fusions, mutua-lisations, fermetures d’éta-blissements… Ces restrictions dégradent fortement les conditions de travail (augmentation des Risques Psycho-Sociaux, des maladies professionnelles, des Accidents du Travail, des invalidités…). Le gouvernement poursuit et accentue sa politique d’austérité. Les chiffres mis en avant représentent les conséquences d’une politique qui n’est basée que sur la notion de « faire des économies à tout prix », ceci au détriment des missions de l’hôpital public, de la prise en charge de la population et de l’accès aux soins.

C’est intolérable, les personnels du champ de la santé n’arrivent plus à répondre aux besoins de la population, à assurer leurs missions essentielles de service public et à garantir l’accès aux soins pour tous, qu’au prix de leur propre santé !

austeriteNous dénonçons un glissement vers un système social au rabais, dont les équilibres ne sont assurés que par des coups de rabot sur les agents et salariés, et sur les plus vulnérables des usagers, qui ne se soignent plus ou mal.

C’est un véritable « plan social » hospitalier qui a été mis en œuvre par ce gouvernement, et qui va aboutir à 22 000 suppressions de postes et 16 000 suppressions de lits dans tout le pays.

Les salariés du secteur de la santé se sont mobilisés massivement le 8 novembre dernier, notamment à Angers. Leur lutte est aussi la nôtre. En rompant avec les politiques d’austérité, il est possible de financer un grand service public de santé et d’action sociale de qualité, à condition de remettre en cause notamment la politique d’exonérations de cotisations sociales  qui bénéficie principalement aux grandes entreprises.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s